Les actualités de l'association

Confidences de fin de tournage

Img 0863« _ Ça y’est, c’est fini ?
_ Ben je crois, c’est ce qu’ils avaient l’air de dire tout à l’heure, ils avaient l’air émus, c’était rigolo.
_ Youhou !! Champagne alors ! On se fait une petite fête dans le sac à dos pour fêter ça ??
_ Carrément ! Je suis tellement content que ça s’arrête ! J’en pouvais plus ! 10 mois qu’ils nous harcelaient tous les jours, à nous surexploiter, j’étais à deux doigts de me mettre en panne, de refuser de m’allumer, ou un truc comme ça.
_ Tu l’as dit ! Moi au départ, j’avais été expédié dans un petit magasin de photo à Genève, en Suisse. Je me suis dit « cool, je vais être acheté par une petite vieille au rythme tout pépère, elle m’utilisera le week-end pour aller faire une photo du lac, une photo d’un canard, et je pourrai retourner dormir tranquillement dans ma boîte le reste de la semaine. » Tu parles… 10 mois à filmer, filmer, prendre des photos, filmer, prendre des photos, filmer, quasi non stop…
_ Et dans des sacrées conditions sacrément difficiles ! »

Lire la suite

ACAPACA, tout est dans la boîte

La phase de travail de terrain du projet ACAPACA est maintenant terminée. Entre janvier et novembre 2015, nous avons réalisé le tournage et le montage de quatre documentaires de 13 minutes :

- Episode 1 - Les forêts de Mapu Lahual. Les habitants des 9 communautés du territoire mapuche Mapu Lahual tentent de préserver leur territoire et leur environnement face aux multinationales tout en essayant de diversifier leurs activités et leurs revenus.

- Episode 2 - Mosetenes del río. Les villages installés en Amazonie le long de la rivière Quiquibey continuent à transmettre leur culture aux jeunes malgré l'influence du mode de vie occidental.

- Episode 3 - Pura pesca. Les pêcheurs artisanaux du Costa Rica se mobilisent pour défendre leur culture et leurs aires de pêche face aux pressions des projets de conservation.

- Episode 4 - Native Alaska. Les membres de la tribu d'Eklutna se relèvent après 200 ans d'acculturation forcée et font revivre leur culture et leurs traditions tout en trouvant leur place dans le monde occidental qui leur a été imposé.

En 2016, nous travaillerons à la finalisation des montages et à la diffusion de ces 4 épisodes. A terme, retrouvez-les en ligne sur notre site.

Lire la suite

Histoire native de l'Alaska

J60a0575

Le petit quad filait maintenant tous feux éteints, à pleine vitesse. Bien qu’il était impossible de la voir, dans cette obscurité quasi totale, on sentait la foret défiler tout autour. Devant, le deuxième quad, piloté par Lee et sur lequel se trouvait Zoë, avait disparu, avalé par une de ces nuits glacées dont l’Alaska a le secret. Virage à droite, virage à gauche, Jacob ne semblait pas avoir besoin de lumière pour se repérer sur le sentier caillouteux.
_ « Pourquoi t’as éteint les phares ?
_ Hein ?
_ JE DISAIS, POURQUOI T’AS ETEINT LES PHARES ON VOIT QUE DALLE ?
_ Ah, c’est pour pas faire peur aux mooses ! Pour les surprendre plus facilement ! Héhé. »

Surprendre les mooses ? Ces sortes de gros élans ? Avec tout le boucan qu’on fait en roulant pleine balle en quad ? Ils seraient terrorisés par les phares, mais par contre, n’auraient rien à carrer du bruit des moteurs. Voilà qui me paraissait étrange.
Pourtant, quelques minutes plus tard, nous rejoignons le premier quad arrêté au milieu du sentier. Jumelles en mains, Lee observe la nuit.

_ « Tu vois un truc ?
_ Shttttt ! Fais pas de bruit, regarde, juste devant ! »

Effectivement, les deux énormes masses sombres se dégageant à peine de l’obscurité qui les entourait venaient de me confirmer que bruit de moteur assourdissant et mooses sont tout à fait compatibles. Déjà Lee vérifiait son fusil.

_ « On va attendre un peu que le jour commence à se lever. Dès qu’on y vera plus clair, on passe à l’action. »

Quelques dizaines de mètres devant nous, les mooses, immobiles, étaient paisiblement plongés dans la contemplation de l’aube naissante, sans se douter que cela pourrait être bien être la dernière fois.

Lire la suite

Décriptage d'un hiéroglyphe maya, en maya dans le texte !

Hieroglyphes maya

Vous êtes vous déjà demandé à quoi ressemblait la langue utilisée par les Mayas ? Et que signifient leurs étranges (et esthétiques) hiéroglyphes ?

La langue maya est toujours parlée par les populations indigènes du Chiapas, au sud du Mexique, notamment. Si elle a beaucoup évolué depuis le déclin de la civilisation, ce que nous pouvons entendre aujourd'hui dans les rues d'Ocosingo, de Palenque ou de San Cristobal ne doit pas être si éloigné que ça du "proto-maya" utilisé il y a quelques siècles.

Voici une petite explication de la signification d'un hiéroglyphe ornant la superbe pyramide de Tonina, cité Maya. Tonina connut son apogée au 8ème siècle de notre aire, avant d'amorcer son déclin aux alentours de 900.

Lire la suite

A la pêche aux images

Bises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« J’ai pêché pendant 35 ans ! Quand j’ai commencé à pêcher, il n’y avait pas de moteurs, c’était à la voile, et à la rame ! Quand il y avait du vent, ça allait. Quand il n’y en avait pas, il fallait se défoncer les mains ! Vous savez, la pêche artisanale ici, c’est une culture, un mode de vie, notre mode de vie, pas seulement un travail ! Beaucoup de gens vivent de la pêche, et…

« Ca se passe pas trop mal cet entretien, ça nous permettra d’illustrer un peu l’esprit de la pêche artisanale au Costa Rica, en plus Teofilo est bien bavard, bien expressif, ça fera de belles images. C’est juste un peu pénible ces Aras qui gueulent au-dessus de nous. C’est incroyable le bordel qu’ils peuvent faire ces perroquets, heureusement qu’ils sont super beaux… Ho ! il y en a trois juste derrière Teo ! Magnifiques ! Ca aurait fait de belles photos, mais on va peut être pas dire à Teo que « ok c’est bon on a fini » juste pour aller prendre des photos de perroquet, ça ferait pas hyper pro, j’espère que…

« … voilà, ça me semblait important! C’est pourquoi j’ai un peu insisté. Mais je ne sais pas si c’est utile pour votre documentaire ? Vous voulez que je développe cet aspect, ça vous intéresse ?
_ Hein ?? ah oui ! Oui oui, bien sûr que ça nous intéresse, ne vous privez pas ! Développez ! haha… (Mince, j’écoutais pas ! De quoi il parlait ?? Saloperies de perroquets…)
_ Très bien ! Alors une fois que vous avez coupé les bananes vertes, vous les écrasez, et vous mettez à frire, ensuite, vous sortez, vous écrasez à nouveau, et … »

« Ah flûte, en fait non ça m’intéresse pas du tout… Ca m’apprendra à ne pas écouter… »

L’échange avec Téo était révélateur, et nous indiquait que les entretiens dans le cadre de notre documentaire sur la pêche artisanale au Costa Rica n’allaient pas toujours être faciles à mener.

Lire la suite

Bocas, mélange culturel caribéen

Partie de dominos 01 red

Bocas del Toro, archipel du nord du Panama, est surtout connu pour ses plages, ses cocotiers et ses grenouilles rouges. Pourtant, la vraie richesse de l'endroit semble plutôt se concentrer dans sa culture, ses habitants. Ici, on évolue dans un mélange de Jamaïque, d'Espagne coloniale et d'Amérique centrale. Un créole anglais au savoureux accent jamaïcain, une délicieuse manière de parler espagnol, un façon virulente de jouer aux dominos… Bref, il n’y a vraiment pas que des plages, à Bocas.

Petite visite audio, ici : https://soundcloud.com/tdc-5/bocas-la-jamaique-du-panama

Lire la suite

Chasse aux images, chasse aux poissons

Img 2542

_ « Il l’a eu ! Il a eu un poisson !
_ Faut être bon, à l’arc et à la flèche, depuis la pirogue, dans cette eau boueuse, chapeau.
_ Je vois la flèche qui émerge de l’eau, le poisson est à l’autre bout, je vais la récupérer.

« Amigo ! Empuje, empuje ! »

_ Ouais ouais t’inquiète ! (ça veut dire quoi déjà « empuje, empuje ?) »

C’est alors que je retirai la flèche de l’eau et ce faisant le poisson de la flèche, et me rappelai, alors que celui-ci se faisait la malle sous les yeux dépités de nos compagnons, « qu’empuje » veut dire « pousser ».

Lire la suite

ACAPACA dans la newsletter de l'ICCA Consortium

Terres de Cultures a présenté le projet ACAPACA et le tournage du premier documentaire d'une série de cinq dans la dernière newsletter de l'ICCA Consortium.

Retrouvez l'article et la newsletter ici.


Lire la suite

Moteurs !

J60a1437

_ « Bienvenus à bord ! Vous êtes bien installés ?
_ Tout à fait. Ce tas de bois détrempé est particulièrement confortable.
_ J’espère que la pluie ne vous dérange pas trop ?
_ Pas le moins du monde, au contraire c’est vivifiant.
_ C’est vrai, de plus, ce vent glacé qui souffle est parfait pour se réveiller, non ?
_ Mais oui ! Etant donné qu’il est 5h du matin, on en a bien besoin ! Merci le vent ! Non vraiment, la perspective de passer 2 heures assis sur un tas de bois sous la pluie en plein vent en pleine nuit nous ravit. N’est-ce pas Zoë ? Zoë ? »

Lire la suite

Légendes Mapuche, mythes ou réalité ?

Paysage manque comp

Pour varier les plaisirs, voilà un article audio sur les légendes Mapuche. ll est impossible ici de percevoir la frontière entre réalité et "surnaturel", du moins selon le sens que nous donnons à ces deux mots dans la langue française. Plutôt que de tout vous dévoiler, nous vous laissons écouter. Bonne écoute !

Un Lonko bien câblé

Lonko plein pied n b


_ « Ca s’annonce bien cette première interview, avec le Lonko, non ? »
_ « Complètement. Il a beaucoup de choses à nous dire et à nous apprendre, l’entretien va être super intéressant ! »
_ « Faut y aller, il nous attend. On a tout le matos ? Faut pas oublier les câbles, dans mon sac de rando. »
_ « Ton sac de rando ? Celui qu’on a laissé à Bahia Mansa, qui nous rejoint en bateau dans deux jours à Caleta Huellelhue ? »

Lire la suite

CHILI - Osorno, un tremplin vers Mapu Lawal

Drapeau chilien

_ « Il est rigolo David, à chanter tout le temps ! »
_ « Chanter ? Mais il n’a pas chanté de toute la soirée ! Il parle, c’est tout. »
_ « C’est juste son accent alors ? Génial, il faut que j’attrape le même ! »


Lire la suite

Les préparatifs

Le départ approche à grands pas et il reste beaucoup de choses à préparer.

Nous travaillons actuellement sur le contenu du documentaire et préparons notre venue avec nos correspondants pour chaque APAC.

Suivez la phase de terrain du projet ACAPACA dès janvier 2015.

Terres de Cultures est membre de l'ICCA Consortium

L'association terres de Cultures est désormais membre de l'ICCA Consortium, association internationale dont l'objectif est de promouvoir une juste reconnaissance et un soutien aux APAC aux échelles régionale, nationale et internationale. En tant qu'institution internationale, l'ICCA Consortium collabore avec la secrétariat de la CBD, le GEF SGP, l'UNEP WCMC, l'UICN, des organismes de recherche et de promotion, et des mécanismes des Nations Unies en faveur des droits des communautés indigènes.

Nous sommes fiers de compter parmi les membres de cette institution qui soutient par ailleurs le projet ACAPACA.

Pour plus de renseignements sur les activités de l'ICCA Consortium, rendez-vous ici : http://www.iccaconsortium.org/


Lire la suite

ACAPACA documentary / documental ACAPACA

The association will finance ACAPACA project (see here for further information) but we still need funds to finance the equipment that is necessary to make a good quality documentary. This is why we have decided to use crowdfunding, via KissKissBankBank. We have made a short video (in French) to present the project. Click here if you wish to help us finance the equipment we will need for the documentary. You can also help by transferring the information to your contacts. We also turned to crowdfunding in order to sensitize as many people as possible to this project.

Thank you in advance for your interest and your help!


La asociación financiará el proyecto ACAPACA (vea aquí para mas informaciones) pero aun necesitamos fondos para comprar el equipo necesario para la realización de un documental de calidad. Por eso hemos decidido apoyarnos en el financiamiento participativo vía KissKissBankBank. Hemos hecho un corto video de presentación del video (en francés). Haga clic aquí si desea ayudarnos con el financiamiento del equipo de grabación. También puede ayudarnos transfiriendo la información a sus contactos. También acudimos al financiamiento participativo para congregar al público al rededor de este proyecto.

Gracias de antemano por su interés y su ayuda!

Documentaire ACAPACA de l'association Terres de Cultures

Dans le cadre du projet ACAPACA, nous allons, entre autres moyens de valorisation de la diversité bio-culturelle, réaliser un documentaire sur les APACs, ou Aires Protégées du patrimoine Autochtone et Communautaire, qui sont un mode peu connu de conservation des ressources naturelles et culturelles.

A travers 6 APACs, réparties du Nord au Sud du continent américain, le documentaire cherchera à montrer comment des communautés locales ou des populations autochtones agissent directement, à leur échelle, pour protéger leur environnement et leur culture. 

Nous avons lancé une collecte pour l'achat de matériel de prise de vue et de son de qualité pour la réalisation du documentaire ACAPACA.

Pour plus de détails ou pour nous soutenir, rendez-vous sur www.kisskissbankbank.com/acapaca

N'hésitez pas à parler du projet et à faire circuler le lien si le projet vous semble intéressant, c'est aussi une forme de soutien!

D'avance un grand merci à tous ceux qui soutiendront la réalisation du documentaire !

Washington verse 554 millions de dollars au peuple Navajo

En acceptant de verser 554 millions de dollars (433 millions d'euros) aux Navajo, le gouvernement américain met en terme à des revendications, dont certaines remontent à une cinquantaine d'années, du plus important peuple amérindien, qui clame que ses richesses et ses ressources naturelles ont été mal gérées pendant des décennies.

C'est la somme la plus élevée jamais versée à un peuple amérindien. Le versement sera signé formellement lors d'une cérémonie organisée vendredi à Window Rock, dans l'Arizona, la capitale de l'immense réserve navajo. En contrepartie, les Navajo s'engagent à renoncer à leurs plaintes contre l'Etat américain et contre les fonds qui ont été chargés dans le passé de gérer leurs biens.

« VICTOIRE POUR LA SOUVERAINETÉ TRIBALE »

L'accord ne couvre toutefois pas les plaintes qui pourraient être déposées à l'avenir ou des plaintes résultant de la pollution des eaux de la réserve, a dit le procureur général des Navajo, Harrison Tsosie. Le président du peuple Navajo, Ben Shelly, a salué le résultat de ces négociations, qualifié de « victoire pour la souveraineté tribale », et s'est engagé à organiser des réunions pour décider de la répartition des fonds.

Les Navajo sont le plus important peuple amérindien américain, avec plus de 300 000 membres, et celui qui dispose des territoires les plus vastes, d'une surface de quelque 70 000 kilomètres carrés répartis sur les Etats de l'Arizona, du Nouveau-Mexique de l'Utah.

Source : Le Monde.fr avec Reuters |

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site